Sans prétention, je suis capable de dire que l’une de mes plus belles qualités, c’est que je suis fonceuse. Lorsque j’ai un objectif en tête, je mets tout en oeuvre pour l’atteindre. Je frappe à des portes, même si j’ai l’impression qu’elles ne s’ouvriront jamais, je saute à pieds joints dans l’aventure, même si je sais que je vais peut-être m’écorcher les genoux… ou m’égratigner un peu le coeur. Et l’une des questions qu’on me pose le plus souvent, c’est «Mais des fois, tu n’as pas peur de te faire dire “non”?» Et ma réponse est non. Je n’ai pas la notion de peur du refus. Je ressens souvent le petit stress de voir mes espoirs s’écrouler et je me ronge les ongles jusqu’aux coudes lorsque j’attends un verdict. Mais jamais ce petit stress-là ne se transformera en peur qui m’empêchera de foncer. Et dès maintenant, toi non plus, tu ne te laisseras pas envahir par la peur du refus. 

Chaque fois que j’ai une nouvelle idée un peu folle en tête et que je veux entreprendre les démarches pour la voir se réaliser, je suis consciente qu’un simple de mot de trois lettres peut changer l’avenir de cette idée, que ce soit «o-u-i» ou «n-o-n». Mais dans tous les cas, je me demande quelle est la pire situation qui peut arriver. Et le pire qui peut arriver, c’est que quelqu’un refuse de m’aider, que quelqu’un refuse de voir mon idée prendre forme… 

Mais au fond, est-ce si pire que ça? Ça n’implique ni la mort, ni la maladie, ni le danger. Alors pour moi, un «non» ne représente pas l’échec. Il représente plutôt une épreuve… épreuve que je surmonterai avec beaucoup de passion, d’espoir, de détermination, d’efforts et d’ambition. 

J’ai la forte conviction que les «non» sont tous suivis d’un «oui». Il faut simplement avoir la patience et la détermination pour aller conquérir ce «oui». Au fond, la principale raison pour laquelle je n’ai pas peur de me faire dire «non», c’est que je m’accroche à l’espoir que je pourrais me faire dire «oui»… Et que ce «oui» pourrait changer le cours de mon existence. 

Si un «non» est assez fort pour te décourager de simplement tenter ta chance, n’oublie pas que ça n’implique ni la mort, ni la maladie, ni le danger… Prend le temps d’y réfléchir et fonce. Ton premier «oui» te fera tellement vibrer que tu auras envie de toujours viser plus haut, plus loin. Et c’est à coups de refus et de retroussages de manches que tu deviendras la véritable étoile de ta vie..